Qu'est-ce qu'un MoneySlave ?

moneyslave-chien

Un MoneySlave est un homme dominé

Le MoneySlave ou l’esclave financier est un homme qui doit payer sa maîtresse (MoneyMiss) quand elle le requière. Il est entièrement dévoué à celle-ci, il s’agit de sa femme. Elle ordonne et il répond, il n’y a pas plus compliqué. Parfois, la dominatrice peut s’attacher à son MoneySlave et devenir plus gentille avec lui. Dans cette situation, c’est au soumis de lui dire qu’il voudrait qu’elle redevienne plus méchante. On peut demander plusieurs choses à un esclave financier : il doit lécher les pieds, montrer son cul, se cabrer telle la lopette qu’il est, dire haut et fort que sa dominatrice est supérieure en tous les points. Les possibilités sont infinies.  

Il raque sur demande

La première utilité du moneyslave est qu’il doit payer sa moneymiss quand elle le demande. Elle a été aux courses ? Il se raquer pour son ticket de caisse. Toutes les situations de la vie quotidienne sont bonnes, le loyer, la voiture, tout. Le money slave doit payer avec son propre argent pour rendre heureuse la femme qui le domine. C’est un fantasme à part entière, très excitant que ce soit pour l’homme ou pour la femme. 

L'esclave financier est humilié

Le money slave est humilié à longueur de journée. Il est considéré comme un moins que rien, un bon à rien bon qu’à renifler mon cul quand je le demande. Il doit me regarder avec des yeux de peur, avoir peur de moi. Dire que je suis supérieure à lui, qu’il est une petite salope prête à se faire enculer. Je le domine de haut en bout, s’il est mauvais, il prendre une claque. Il ne doit jamais oublier qu’il est un simple money slave bon qu’à payer quand je le demande. 

Parfois, le moneyslave doit partir

Le moneyslave peut être tellement dominé et tellement faible qu’il doit partir. Cette situation arrive souvent avec les MoneyMiss de haute envergure, comme moi. Nous n’y allons pas avec des pincettes et les plus faibles d’entre-eux retournent à leur niche avant même nous avoir payé le moindre de centime. Nous détestons ces lopettes.